Le Club Potasse  
Présentation | Album Souvenir | Nos Excursions | L'actualité en images | A commander
 La mine Rogerley, Angleterre (2010)


Les minéraux anglais étaient devenus rares dans nos salons de minéralogie continentaux, pourtant depuis quelques années nous revoyons de belles fluorites anglaises étiquettées : mine Rogerley - Weardale - comté de Durham, ce qui éveilla ma curiosité, en effet ces fluorites sont particulières car bleues à la lumière du jour et vertes à la lumière artificielle, de plus souvent maclées. J'ai découvert que Weardale est un très vieux district minier du nord de l'Angleterre, dont les mines démarrèrent au XIIème siècle, d'abord par l'exploitation de la galène argentifère, puis de la sidérite et de l'ankérite pour du fer aux XIXème et XXème siècle, et enfin de la fluorite et de la baryte. La dernière mine de fluorite industrielle a fermé en 1999.

La mine Rogerley est sise dans une ancienne carrière du même nom qui a été exploitée au milieu du XIXème siècle pour du calcaire qui servait aux fonderies de la région. Des veines minéralisées étaient présentes dans le calcaire, mais en quantité insuffisante pour être exploitées. Ces veines minéralisées étaient laissées en place par l'exploitant.
En 1972, deux couples ont crée la “Cumbria Mining and Minéral Company” pour l'exploitation d'une veine de fluorite, seulement pour pouvoir collecter et vendre des échantillons minéralogiques pour collectionneurs. Cela fut une première en Angleterre. Nous n'en sommes pas encore arrivés à ce point en France.

Suite à des problèmes de santé de l'un des fondateurs de la société, celle-ci a été cédée en 1999 à deux couples californiens.

Ayant discuté avec le maître mineur Byron à Tucson et après un échange de courriels avec les propriétaires actuels, une équipe de notre association a entrepris début août un voyage dans le district de Weardale. ( Tous les renseignements proviennent du site www.ukminingventures.com )

Des collines et des moutons autour du « Rose Hill Farm » notre bed and breakfest
L'ancienne carrière Rogerley
Installations de surface de Killhope
L'entrée de la mine Killhope


Compte rendu de ce petit voyage minéralogique en terre presque inconnue.
Le samedi 31 août 6 membres de notre association ont pris la route vers le district de Weardale. L'Alsace, Calais, un ferry, Douvres puis la route vers Stanhope qui est le village près de la mine. Nous avons prévu 2 jours de route pour en gros 1200 kilomètres car la conduite à gauche !!!!! En fin de compte ce fut relativement facile car nous avons conduit nos propres véhicules à l'opposé de la Namibie où la conduite est aussi à gauche mais tout est à l'inverse ( volant, levier de vitesse, clignotant, essuie glaces )
Le dimanche soir nous avons cherché un “bed and breakfest” dans la région de Stanhope, car nous n'avions rien réservé comme souvent. Nous sommes tombés au “Rose Hill Farm” au sommet d'une colline, entouré d'un paysage de collines et de moutons. Une bonne adresse et à un bon prix.

Le lundi nous avions rendez vous à la mine, mais où était la mine ? Avec très peu de renseignements et pas mal de marche, nous avons trouvé la mine mais personne n'était là. Hésitations et discussions pour enfin voir arriver l'un des propriétaires - Jesse- qui nous annonça que le maître mineur Byron était décédé la semaine précédent notre arrivée, mais nous a permis quand même de visiter la mine et d'y prospecter comme convenu lors de nos échanges de courriels.

Les fluorites découvertes nous semblaient toutes superbes dans la mine mais après nettoyage et une fois sèches ce ne fut plus toujours le cas. Jesse a été fort sympathique, accueillant et nous a autorisé à revenir le lendemain.
Les soirées anglaises sont chaleureuses, quelques pintes de bière au pub puis repas au pub, par contre pas beaucoup de variétés dans les menus. Le lendemain petite déception à la mine où Jesse nous a annoncé qu'il y a une visite imprévue de l'administration et par conséquent pas de visiteurs dans la mine.

Nous avons prospecté un peu sur la halde de la mine puis nous avons visité un ancien site minier « Killhope » avec une visite souterraine pas très intéressante à part la galerie d'accès et d'exhaure entièrement voûtée, l'exploitation en dépilage de la galène a été totalement reconstituée en matière plastique . Par contre au niveau des vestiges de surface nous avons eu beaucoup de plaisir, car une immense roue à augets ( restaurée ) tournait et le reste des anciennes installations étaient immenses ( tri, concassage etc ).

Il faut signaler un petit musée minéralogique au niveau de l'accueil avec des échantillons locaux avec surtout des fluorites du Weardale tout a fait superbes. Le lendemain nous avons pris le chemin du retour vers notre Alsace et la mine Saint Nicolas.

Nous sommes équipés pour visiter la mine Rogerley
L'immense roue à augets de la mine Killhope
Une soirée au pub
Reconstitution ( en plastique ) d'un dépilage

haut de page

haut de page